Publié par : avenuecolombie | 28 janvier 2012

Huile de palme bio : synthèse 2012

Que vous soyez un nouveau visiteur ou un habitué, sachez que nous avons complètement remanié la page « Huile de palme bio » en forme de synthèse. Ce n’est toujours pas un chef d’oeuvre de concision mais nous espérons que cette synthèse répondra mieux aux attentes de celles et ceux qui souhaitent s’informer sans y consacrer des heures. Les plus courageux y trouveront de nombreux liens vers les articles précédents pour approfondir tel ou tel aspect.

N’en déduisez pas que cette synthèse marque pas la fin de l’histoire. Même si l’huile de palme bio est maintenant bien installée sur une belle planche savonneuse sa disparition des magasins bio n’est pas pour demain. D’autres articles suivront, que ce soit sur les aspects franco-français ou colombiens.

Il y a bien d’autres problèmes graves que nous pourrions évoquer à propos de la Colombie, en particulier la ruée vers les matières premières (pétrole et métaux) mais le lien entre les entreprises concernées et les consommateurs français est bien plus difficile à établir même lorsque des intérêts français sont en jeu.

Publicités

Responses

  1. salut
    je suis une consommatrice qui essaye d’être éclairé que pensez vous de l’huile de palme de amanprana

    http://www.noble-house.tk/html/frans/AMANPRANA/Projets_huile_de_palme_rouge_durable_d_Amanprana/Projets_huile_de_palme_durable_d_Amanprana_Colombie.html
    Il nous donne l’impression de ne pas passer par Daabon mais d’etre en dirct!!
    En plus leur autre produit et leur choix d’emballage (verre et papier) me donne une image plutot bonne…
    Quels sont vos avis??
    merci
    clo

    • Merci Clo pour cette info !
      Donc, Noble House, une société belge semble-t-il, commercialise de l’huile de palme « rouge » sous la marque Amanprana. Le nom et le logo associé ne nous avait jamais incité à regarder cette huile de plus près ; il faut dire que sa distribution doit être marginale (tout au moins en France) devant celle de la version raffinée et plutôt destinée à l’industrie du bio, même si on trouve des petits conditionnements à destination des particuliers (c’est bien connu il n’y a pas de petits profits). De toute évidence Amanprana vise une petite niche avec un produit susceptible de séduire les gastronomes (avec un appel du pied discret vers Slow Food ; c’est ce qui s’appèle avoir de la suite dans les idées). Ceci étant dit nous en revenons toujours au même point : le maître d’oeuvre c’est Daadon. Sur ce plan la seule différence entre Noble House et d’autres conditionneurs comme le Vigean, Markal, Vitaquell, etc. c’est le discours. Ces derniers font leurs affaires sans états d’âme en s’abritant derrière un monceau de certifications tandis que Noble House – Amanprana y met les formes et tient, encore plus que Daabon, à passer pour un ami des arbres, des oiseaux et des lézards. Du coup Daabon en profite aussi ! En l’occurrence c’est Pro Aves via le World Land Trust qui joue la blanchisseuse de service. Eternel dilemme des modestes ONGs de protection de la nature qui en général ont le nez rivé sur des problèmes de sauvegarde de la biodiversité dont l’ampleur dépasse largement leurs maigres moyens d’action. Il y a celles qui regardent d’où vient la soupe et les autres. Et il y a le WWF, complètement hos jeu, une catégorie à lui tout seul.

      Alors quoi de neuf dans la com Amanprana vis à vis de l’origine de son produit ? En fait pas grand-chose, c’est encore et toujours la fable des Alliances, ces coopératives bidon montrées comme un modèle de développement. Nous avons déjà parlé de cette arnaque ; on la retrouve aussi en Afrique sous une forme très proche, par exemple avec le beurre de karité. Ensuite on nous ressort les bénédictions de Rain Forest et Proforest, deux entités de greenwashing bien connues, dont une chère à Biocoop.

      Finalement, oui, il y a tout de même une originalité que nous avons d’ailleurs retrouvée dans le discours de Babybio mais sous une forme encore plus nigaude (cf. article « c’est bébé qui va être content »). En deux mots on nous dit que maintenant que le mal est fait, il vaut mieux s’en tenir là car remplacer l’huile de palme par de l’huile de soja OGM, par exemple, produirait « les mêmes dérives » pour Babybio (ouh la mauvaise com !) ou n’est pas « une meilleure alternative » selon Amanprana (voilà, ça c’est de la com !). Encore un autre point commun entre ces deux zozos : dans la version française (traduite à partir de quelle langue ???), sous une photo où l’on voit un buffle tirant une charrette on y apprend que les fruits sont transportés par des « charrues » tirées par des buffles ! Et on retrouve cette perle chez Babybio, ah les grands esprits ! D’ailleurs ce n’est pas la seule phrase énigmatique et complètement décalée en français. La version anglaise semble plus fluide.

      Quant à Daabon racontant ses espoirs déçus à las Pavas, ça c’est le bouquet final ! No comments.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :