Publié par : avenuecolombie | 22 octobre 2010

Produits bio sans huile de palme

Il y a quelques années Les Amis de la Terre avaient établi une liste de produits courants en grande distribution contenant de l’huile de palme. Entreprise courageuse mais rendue totalement obsolète par l’explosion de l’utilisation de cette huile mise à toutes les sauces.

Dans bon nombre de rayons de nos supérettes « bio » trouver un produit sans huile de palme tient du parcours du combattant mais plutôt que de transposer cette enquête dans le petit monde du bio et montrer du doigt les mauvais élèves, il nous paraît préférable de mettre en avant les bons produits et surtout les bonnes pratiques, car heureusement il y a encore de l’espoir. Cette initiative peut très bien s’étendre à d’autres aspects que « palme ou pas palme » d’ailleurs, la publicité positive ne posant pas de problèmes juridiques.

C’est là où nous avons besoin de vous car nul n’est parfait et nous ne pouvons pas passer notre temps à enquêter sur chaque société. Aussi quitte à écrire des bêtises que nous rectifierons bien volontiers si des informations contradictoires nous sont présentées nous ouvrirons le bal avec quelques noms :

Tossolia (www.tossolia.com) une entreprise qui propose des produits à base de tofu nous avait agréablement surpris en 2010 en apposant un joli macaron orange sur certains de ses produits portant la belle inscription « sans huile de palme ». Hélas ça n’a pas duré, à croire que d’aucuns n’ont pas apprécié ce petit auto-collant. Nous avons notre petite idée là-dessus et au fond c’est sans importance. Mais pourquoi vous parler de produits à base de tofu nous direz-vous, car normalement l’huile de palme n’a rien à faire là-dedans. Certes, mais certains concurrents ne font pas que du tofu et ne se privent pas d’huile de palme, alors à choisir… L’initiative de Tossolia a depuis été imitée par des petits malins qui proposent un choix de produits avec ou sans huile de palme, au choix du client. Pour ces gens-là, l’huile de palme c’est comme le gluten, on supporte ou pas ! Ce qui en dit long sur les convictions de ces entreprises. Nous n’apprécions pas cette démarche néanmoins donnons leur une chance et aidez-les à faire le bon choix.

Grillon d’Or, une marque de müesli et autres flocons de céréales de l’entreprise Cereco (www.cereco-bio.fr). Ce qui n’empêche pas la même marque d’utiliser l’huile de palme bio dans d’autres produits, bien sûr…

Celnat, propose entre autres produits de qualité des müeslis

Prémilait propose uniquement différents laits bio pour bébés, tous sans huile de palme et semble-t-il bien notés par les utilisateurs. D’autres marques ?

Concernant les biscuits , en magasin on trouve les biscuits salés ou sucrés de la marque Biscru (www.biscru.com) et les excellents biscuits de la marque le moulin du pivert. On y trouve aussi beaucoup d’autres biscuits et galettes que ce soit dans les gammes sucrées et salées  qui sont exempts d’huile de palme mais il suffit de faire tout au plus quelques mètres et hop ! on retrouve la même entreprise sous la même marque ou pas d’ailleurs, dans une autre gamme et là rien ne va plus. Soyez donc vigilants mais on trouve de plus en plus de produits portant l’inscription « sans huile de palme » ce qui vous évite d’emporter une loupe pour accéder à la composition.

Savons : la situation a évoluée de manière spectaculaire en moins de 6 mois. A l’époque nous n’avions trouvé que Saponaire (www.saponaire.com) bio et N&P ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en avait pas d’autres. Un récent contrôle des sites internet des producteurs N&P montre  que 80% d’entre eux ont renoncé à l’huile de palme et l’annoncent franchement, preuve s’il en était besoin qu’une telle reconversion ne relève pas de l’exploit. A côté de ceux-là il subsiste une petite poignée de producteurs N&P, surtout de gros producteurs de cosmétiques et produits d’entretien qui eux affichent tout aussi clairement la présence d’huile de palme dans leurs produits.  Quant à N&P, à notre connaissance il n’y a toujours pas de prise de position officielle et contraignante pour leurs membres que ce soit en cosmétique ou en alimentaire (« Jean Hervé », en est un brillant exemple) ; ceux qui ont fait l’effort de la conversion apprécient comme il se doit cette tolérance vis à vis des grosses structures (NB:  aux dernières nouvelles, N&P se donne jusqu’au printemps 2013 pour modifier ses cahiers des charges ce qui laisse encore un peu de temps aux retardataires). Cette affaire d’huile de palme bio est décidément un puissant révélateur à plus d’un titre. Sur les foires et salons de  l’Est essentiellement chercher le stand Arco Iris (savons Saponnaire entre autres). D’un peu plus loin nous vous proposons les savons d’Alep de chez Karawan Authentic (www.karawan.fr). Andines (www.andines.com) propose des savons à l’huile d’olive des « Amis de Naplouse » provenant de l’une des 3 dernières savonneries artisanales de Palestine ; pas encore de certification bio mais comme en Colombie, ce n’est pas le problème central de cette région !

Chocolat : la recette est simple, tenez-vous en aux produits « pur beurre de cacao » ou « masse de cacao » ou encore « pâte de cacao » suivant le vocabulaire utilisé. L’huile de palme a entre autres fonctions le don de faire fondre le chocolat plus rapidement, donc on en consomme davantage. On rencontre l’huile de palme bio essentiellement dans les barres chocolatées et les pâtes à tartiner destinées à un jeune public. En pratique le choix est assez conséquent.

L’approvisionnement en magasin n’étant pas la seule solution possible nous essaierons de mettre en avant des produits que vous pourrez trouver sur certains salons ou sur internet faute de les trouver près de chez vous.

Mise à jour : Novembre 2011

La situation dans les magasins bio évolue rapidement, le nombre de références arborant maintenant la mention « sans huile de palme » est en nette augmentation ainsi que le nombre de transformateurs concernés au point que le temps d’en faire une liste celle-ci serait obsolète. Certains magasins vont plus loin en y ajoutant une signalétique qui leur est propre. A noter que plusieurs marques (comme Tossolia qui avait été un précurseur) met du matériel de communication spécifique à disposition de ses clients. Pour le moment peu l’utilisent, on s’en doute, mais le train est en marche c’est ce qui compte. La prochaine étape sera le refus net des produits contenant de l’huile de palme bio par des distributeurs indépendants, un coup dur pour certains transformateurs qui continuent de s’abriter derrière le discours officiel que nous avons dénoncé. Pour ces gens là, l’année 2012 s’annonce difficile et ce ne sera pas faute d’avoir eu le temps de s’y préparer.

Publicités

Responses

  1. bonjour
    j’ai remarqué que les magasins de la Vie Claire affichent depuis peu sur leurs devantures une information déstinée aux clients pour annoncer que leur fournisseur d’huile de palme en Colombie est « une filière respectueuse du cahier des charges biologique et de l’écologie »
    info ou intox???

    • Bonjour et merci de cette info. Le texte de l’affiche en question est consultable sur le site de cette enseigne : lavieclaire.com/huile-de-palme-info-et-intox .
      Pour être franc nous ne connaissons pas assez ce réseau de distributeurs pour en parler.
      Chaque réseau a son histoire, sa stratégie et ses pratiques. Comme n’importe quel système devant faire face à une modification radicale de son environnement (arrivée massive du bio en grande distribution) tous ces réseaux de distribution sont soumis à une pression de moins en moins supportable. Il y a encore peu la présence du bio en grande distribution était plutôt perçue comme une bonne chose vu la pauvreté de l’offre. Mais la situation a bien changé et en très peu de temps avec l’aide des grandes marques qui ont développé leurs gammes bio. Ainsi, tout au moins dans les grandes agglomérations, pour un consommateur bio peu exigeant il est tout à fait possible de « consommer bio » tout en restant fidèle à la grande distribution : objectif atteint et toujours avec la même argumentation basée sur les prix soi-disant moins chers. Le moyen le plus simple pour s’en rendre compte est de visiter le site du bio version Leclerc, ce monument de démagogie vaut bien le temps passé : lebiomoinscher.com. Vous comprendrez alors mieux l’inquiétude de réseaux comme La Vie Claire et Biocoop, les deux plus gros réseaux spécialisés, concurrents tous désignés de la grande distribution, soit une position peu enviable.
      La durée de vie de tels réseaux dépendra de leur « richesse génétique » qui conditionne leur capacité à élaborer de nouvelles stratégies. Pour le moment aucun n’a vraiment fait de choix qui lui éviteraient de foncer droit dans le mur. Bien au contraire, c’est à qui se précipitera le plus vite dans le mur, convaincu de ses pouvoirs de passe-muraille. Pour mieux comprendre la genèse de la situation actuelle voir par exemple un article du site Bastamag à propos de Biocoop : bastamag.net/article1073.html?id_mot=1 ; les propos du PDG de la chaîne méritent largement de passer à la postérité, mais cela risque d’être sous forme d’épitaphe.
      Ce spectacle est d’autant plus pitoyable qu’il est le reflet fidèle de ce qui se passe à l’échelle nationale et internationale avec cette non-volonté inébranlable de changer radicalement de pratiques économiques et politiques face à l’urgence écologique. Et cela nous touche d’autant plus que d’une certaine manière ce reflet nous concerne tous, ce qui n’est pas très flatteur.
      On préfère de loin la berceuse du « développement durable » en attendant un quelconque miracle. Le bio et l’équitable font partie de ces pommades anesthésiantes dont la récupération n’a posé aucune difficulté pour le mode de pensée dominant alors qu’au départ leur contenu politique en faisait des foyers de résistance quelque peu inquiétants pour un système qui ne peut tolérer aucune opposition véritable. Mais ces balbutiements héroïques sont bien révolus.
      Revenons-en à cette affiche. Sa simple existence donne à réfléchir à ce qui pourrait se passer si un nombre significatif de citoyens prenaient conscience de ce qu’un simple citoyen peut faire quand il agit de sa propre initiative. Quant aux détails, on n’y trouve rien de très original. Cette affiche reprend pour l’essentiel une petite messe intime organisée par Synabio en soutien au camarade Garcia, importateur des produits Daabon et par ailleurs trésorier de ce noble institut. Nous aimons particulièrement l’avant-dernier paragraphe qui nous dit que dans le fond l’huile de palme est un moindre mal car qui sait les calamités que cela engendrerait si nous devions nous en passer. C’est un air bien connu dans ce milieu et c’est aussi l’argument le plus odieux que nous ayons jamais entendu ; nous l’avions déjà évoqué dans une réponse à un commentaire à propos de certains biscuits. Notez néanmoins que la fin est toute guillerette : d’ici peu braves gens vous pourrez choisir, avec ou sans huile de palme, suivant votre religion ! De cela aussi nous avons déjà dit ce que nous en pensions dans cette page.
      Il serait tout à fait injuste pour La Vie Claire de clore ce chapitre sans évoquer la réponse de Biocoop à qui nous décernons le grand prix de l’autruche ! Mais cela mérite bien un billet à part entière ; à suivre.

  2. Nature et Progrès a en son conseil fédéral de 2012 proscrit l’utilisation de l’huile de palme dans ses produits. dans l’attente d’huile de palme provenant véritablement de l’agriculture paysanne , bio et équitable au sens où des asso comme Minga l’entendent .

    • Ajoutons qu’à notre connaissance N&P est bien la seule organisation concernée à avoir réagi aussi positivement, mais nous attendons, patiemment, la sortie officielle des nouveaux cahiers des charges. Et de voir ce que ceux qui trainent encore des pieds vont faire. Enfin nous espérons que N&P Belgique va aussi s’emparer de cette question. Quant à cette porte entrouverte sur l’agriculture paysanne, bio, équitable, etc. elle est purement symbolique. Ce qui intéresse l’industrie bio dans l’huile de palme, ce ne sont pas tant ses propriétés que son prix. Or un tel prix à l’arrivée ici est totalement incompatible avec une « agriculture paysanne, bio, équitable… » où que ce soit, hier, aujourd’hui ou demain et ça tout le monde en est bien conscient.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :