Publié par : avenuecolombie | 12 octobre 2010

Scandale de l’AIS : Daabon & co doivent rembourser !

Vraiment pas de chance pour Daabon. Ca ne peut être que ça car tout avait été fait dans les règles ; impossible de faire plus légal avec huit des meilleurs avocats qui veillent au grain.  Mais deux baffes coup sur coup faut reconnaitre que c’est dur à avaler quand on a été habitué à tirer les ficelles du jeu depuis des siècles. Décidément depuis qu’Uribe n’est plus aux commandes les temps changent. On pourrait peut-être leur envoyer Allègre pour disséquer ce curieux phénomène tropical ?

Première baffe :  un gros client, Body Shop, lui claque la porte au nez (ici) et toute la planète le sait. Mauvais pour l’image de marque ça. Et nous espérons que ce n’est que le premier d’une longue série, longue comme l’histoire de ces familles pas tout à fait comme les autres.

Deuxième baffe : comme un malheur n’arrive jamais seul, après pratiquement un an de scandale de l’AIS (*), l’état a négocié le remboursement de sommes coquettes avec un certain nombre d’heureux bénéficiaires parmi lesquels on retrouve plusieurs membres des familles Diaz Granados et Davila sans oublier deux des entreprises du groupe Daabon, La Samaria et Ecobio qui avait eu la brillante idée de morceler un domaine, las Mercédés en Mercédés 1, Mercédés 2, Mercédés 3… (eh oui il fallait préserver les apparences de « petits  » producteurs !) répartis parmi les proches pour toucher davantage de subventions. Et pour quoi faire ces subventions ? Mais pour drainer puis irriguer de nouveaux espaces afin d’y planter… des palmiers à huile bien sûr, quoi de plus naturel ! Maigre consolation, leurs voisins et collègues d’El Roble, l’autre palmiste blanc comme neige de la région, n’ont pas été mieux lotis ; les Lacouture aussi devront mettre la main à la poche ; idem pour les Vivés. Va y avoir des restrictions de champagne pour les pensionnaires de la Picota (une célèbre prison de Bogota où séjournent quelques cadors de ces nobles familles). Soucieux d’éviter la faillite de ces fleurons de l’économie colombienne,  l’état leur a tout de même consenti un plan de remboursement sur 3 ans ; nous voilà rassurés.

(*) Agro Ingreso Seguro, un programme officiellement destiné à aider les petits et moyens producteurs et en fait massivement détourné pour arroser les piliers du pouvoir en place, les grands groupes agro-industriels. Ce scandale avait été dénoncé en Colombie par la revue Cambio, qui depuis a dû mettre fin ses activités pour de soudains problèmes financiers. Tout le monde y a cru, c’est sûr. Faut dire que c’était gonflé car Cambio dépendait du même groupe que le journal El Tiempo détenu en partie par la famille Santos, celle de l’actuel président.

http://www.cambio.com.co/portadacambio/849/ARTICULO-WEB-NOTA_INTERIOR_CAMBIO-6300208.html

Autres liens sur ces suites du scandale de l’AIS :

http://semana.com/noticias-problemas-sociales/agua-para-ricos-zona-bananera/129668.aspx

http://www.minuto30.com/contraloria-gobierno-sabia-de-parcelacion-de-predios-para-lograr-mas-subsidios-de-ais/

http://m.eltiempo.com/justicia/ministerio-de-agricultura-y-beneficiarios-de-ais-pactan-devolucion-de-dineros-de-subsidios/8033192/1/home

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :