Publié par : avenuecolombie | 7 avril 2010

TLC entre l’UE et la Colombie (et le Pérou)

La fin des négociations qui duraient depuis un an dans la plus grande discrétion entre l’UE d’une part et les deux pays andins les plus libéraux, à savoir le Pérou et la Colombie, ouvre la voie à la ratification de ces traités de la honte. L’Espagne se montre particulièrement pressée de conclure, ce qui s’explique très bien par son leadership dans le secteur banquier en particulier. Ainsi donc l’UE est en passe de damer le pion aux US où un accord similaire a été repoussé (et non pas jeté aux oubliettes) par diverses composantes de la société américaine. Ce sont le Mexique et le Chili qui ont servi de cobayes à l’Europe pour ce genre de traité léonin. Et on a pu en voir les conséquences ces dernières années (à Oaxaca par exemple).

Ce qui est tout bonnement extraordinaire avec l’UE c’est sa capacité à dire une chose et à faire exactement l’opposé. Que ce soit à propos de l’intégration des pays andin dans le Mercosur ou le Can, ou encore à propos des droits de l’homme, on a fait fi des bonnes résolution (clauses « droits de l’homme », clause négociation « bloc à bloc » par opposition à des négociations pays par pays, etc.) au nom d’un certain pragmatisme économique. Un ministre espagnol a très bien résumé l’état d’esprit de l’EU en disant que ce n’est pas en contrecarrant un tel accord que l’on améliorera les droits de l’homme en Colombie.

La Colombie est un cas intéressant à plus d’un titre. D’un côté nous avons un dictateur démocratiquement élu qui cherche l’absolution de ses crimes par le berceau de la civilisation occidentale pour se rendre plus fréquentable et de l’autre nous avons une armada de compagnies transnationales qui comme les conquistadores il y a plus de quatre siècles rêvent de cet Eldorado encore sous-exploité. Donc chacun est en position de faire une bonne affaire, bien entendu sur le dos du peuple colombien ; eh oui, il faut bien que quelqu’un paye.

Donc, pour ne parler que du volet agriculture, moyennant une ouverture pour les bananes (tant pis pour la Martinique), l’Europe va pouvoir se permettre de vider la campagne colombienne de ses petits paysans qui vivotent avec quelques vaches. Vive le lait en poudre sur-subventionné avec nos impôts, à bas les filières ultra-courtes dans ces pays où l’agriculture n’est même pas subventionnée, quelle horreur !

Ca ne vous rappelle rien ? Cela tient du gag : après avoir détruit sa propre paysannerie, l’élevage industriel de l’UE, qui repose sur des importations massives de soja du Brésil et de l’Argentine en particulier, va inonder le marché colombien de lait et fromages à bas prix, venant ainsi réduire les petits paysans à l’exode vers les bidonvilles des mégapoles. Après tout, les US on bien fait la même chose avec le riz, alors…

A l’heure où nous devons plus que jamais développer des filières courtes pour subvenir à notre propre alimentation, comme les AMAP par exemple, il importe de dénoncer de telles pratiques qui vont ruiner le peu de souveraineté alimentaire qui fait encore vivre une importante population rurale en Colombie (précisément ce que nous essayons de reconquérir ici), quand on ne la force pas à l’exil par une politique de terreur afin de revendre ses terres aux multinationales, mais oui européennes.

On connaissait déjà ce mécanisme avec les excédents de l’UE qui inondent régulièrement les marchés africains, mais là on passe à une autre échelle et tout est parfaitement prémédité et planifié. De quoi rebooster notre propre industrie agro-alimentaire, car c’est bien d’elle qu’il s’agit, encore une fois pour ne parler que du volet agriculture. Car ce n’est pas des Etats-Unis ou de la Chine dont on parle mais bien de notre douce Europe…

Pour en savoir plus :

une série d’articles en espagnol (activez la traduction automatique si vous ne lisez pas l’espagnol) http://www.bilaterals.org/mot.php3?id_mot=24〈=en sinon voici un article déjà bien traduit en français http://www.bilaterals.org/article.php3?id_article=16907〈=en avec un lien vers le site de France Amérique Latine de Marseille présentant divers documents.

14 mai : en Europe aussi les paysans se mobilisent contre le TLC

A lire sur le site de la Coordination Européenne Via Campesina :  www.eurovia.org

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :