Publié par : avenuecolombie | 29 mars 2010

17 AVRIL 2010 – Journée internationale des luttes paysannes MOBILISATION CONTRE LA DOMINATION DE LA GRANDE DISTRIBUTION

SUPER MENSONGES, HYPER PROFITS (campagne de la Confédération Paysanne, Attac…)

En 1996, 19 paysans du mouvement des sans terre tombent sous les balles de la police militaire dans l’Etat du Para, au Brésil. Le massacre de Eldorado dos Carajas restera impuni. Depuis, le 17 avril est la journée des luttes paysannes pour toutes les organisations membres de Via Campesina. Le 17 avril prochain nous manifesteront contre les multinationales, et en Europe, plus particulièrement contre la grande distribution.

En 25 ans, la grande distribution a absorbée 80 % du commerce de détail. Avec en tout et pour tout 6 centrales d’achat pour tout le territoire français, elle exerce une pression sans faille sur les prix à la production, elle impose des volumes, des conditionnements, des « contrats » impossibles pour l’agriculture paysanne. Elle rémunère ses services promotionnels (référencements, mise en rayon, en catalogue…) par des « marges arrières », qui peuvent atteindre 50 % des prix de départ. Pour le consommateur, les prix imbattables promis par la publicité, laissent quand même des marges considérables (prix multipliés par deux ou trois sur les fruits et légumes, le poisson…) aux requins de la consommation de masse. En tête du classement des 15 plus grandes fortunes françaises on retrouve les fondateurs d’Auchan, Carrefour, Cora.

Dans toutes les grandes villes du monde, on retrouve les grandes enseignes européennes et la même mal-bouffe mondialisée : poulets de 27 jours gavés d’antibiotiques et de soja OGM, textile chinois défraichis au troisième lavage, fraises, tomates, raisins, haricots verts, fleurs coupées toute l’année… Elle vise désormais l’Afrique et les pays en développement avec toutes sortes de » facilités de paiement ».

La grande distribution s’approvisionne sur le marché mondial, aux prix les plus bas, grâce à un dumping social et environnemental, généralisé. Elle étrangle les petits producteurs et les petites entreprises et, faute de concurrence, se contrefout des consommateurs.

Elle a généralisé les emplois précaires, le temps partiel imposé, le travail le dimanche et les jours fériés. Elle cible de plus en plus finement ses prochaines victimes prises au piège informatique des cartes de « fidèlité». Elle propose des crédits « maison » aussi chers que dangereux.

A l’intérieur de ces temples de la consommation, une mise en scène savante piège le badaud vers des prétendues promotions, des passages obligés dans les rayons loisirs ou électroménager pour accéder aux produits de base. Du coup, il reste peu de temps pour comparer les prix des nouilles ou de la lessive d’autant que les plus économiques sont tout en haut ou tout en bas des rayons.

Les arguments contre la grande distribution sont légions, suffisamment nombreux pour laisser parler notre créativité, et notre imagination le 17 avril prochain, devant ou dans les hypermarchés, avec la Confédération paysanne, Attac et d’autres partenaires avec qui des contacts sont en cours.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :