Publié par : avenuecolombie | 4 mars 2010

La poterie de la Chamba : un bel exemple de récupération par le « commerce équitable »

La poterie noire de la Chamba est devenue un « best-seller » de l’artisanat de Colombie au point qu’il n’y a plus assez de bras dans le village ni assez d’heures dans une journée pour faire tourner les affaires florissantes et génératrices de devises des gros producteurs et négociants.

Malgré son succès actuel, cette miraculée du progrès n’est pas tirée d’affaire, loin de là ; si hier c’était le progrès, aujourd’hui le principal ennemi c’est le commerce de masse avec le support de divers services de l’état qui y vont de leur pouvoir de persuasion pour expliquer aux artisans qu’il faut travailler plus, oui, mais sans gagner plus pour autant car le dollar monte, l’euro baisse, le climat se réchauffe, etc. Les artisans sont sommés de produire, produire et encore produire car comme la terre, l’artisanat doit rapporter. D’ailleurs, en l’occurrence justement ce n’est que de la terre, alors ! Comprenez par là rapporter à ceux qui détiennent le marché et les capitaux, bien sûr.

Et le plus désolant c’est quand le « commerce équitable » BCBG s’en mêle avec son refrain néo-colonial sur les « pauvres petits producteurs du Sud » : achetez, achetez braves gens, pour une poterie achetée, un enfant sauvé ! Et pour les fêtes, encore plus fort : pour deux poteries achetées, trois enfants sauvés de la misère ! Qui dit mieux ? Et on ne vous parle pas des hôpitaux, des écoles et autres châteaux. Tout ça ne fait même pas rire les artisans qui en ont marre d’être pris pour des robots par les uns et des ploucs par les autres.

Avenue Colombie a choisi de soutenir un petit groupe d’artisans qui, timidement il est vrai, remettent en question cette idée de « travailler plus pour gagner plus » (un slogan international qui marche bien, il faut dire que l’air est bien rôdé). Mais le village est à l’image du pays, divisé, ravagé par des luttes intestines au point que toute évolution sociale est immédiatement combattue. Car les plus gros producteurs, ceux-là même qui alimentent l’essentiel du marché international, y compris sous l’étiquette « commerce équitable » s’il le faut, n’ont pas intérêt à ce que les potiers de base s’émancipent, soient capables de négocier eux-mêmes leur travail avec des acheteurs internationaux, bien sûr que non. Il leur faut donc briser dans l’oeuf toute tentative d’organisation pour préserver leur précieux monopole.

Nous connaissons bien la capacité de production de ce petit groupe ; elle est faible et nous nous en accommodons très bien malgré les périodes de rupture de stock que cela entraîne inévitablement. C’est un choix que nous assumons. Nous préférons travailler avec eux sur la qualité et non pas sur la quantité ou pire encore leur demander de faire des tajines ! Quand ce n’est pas des ronds de serviette ou des ardoises, le comble de la bêtise et la parfaite illustration de ce mépris condescendant pour tout ce qui vient du Sud, bien camouflé derrière un fatras de discours sur l’aide aux plus démunis.

Avenue Colombie est membre de Minga (www.minga.net), une association de particuliers et de professionnels, fondée par des co-fondateurs de la PFCE qui sont restés fidèles à leurs premiers principes. Devant les dérives du commerce équitable, Minga a pris le parti de ne plus y faire expressément référence mais au lieu de cela se veut un laboratoire de recherche in situ pour développer des pratiques commerciales allant vers une économie plus équitable, au Nord comme au Sud. Bien sûr, en tant que commerçant, nous continuerons d’utiliser cette expression encore longtemps pour être compris du plus grand nombre, c’est inévitable. Tout membre de Minga s’engage à respecter un cahier des charges (téléchargeable sur le site de Minga – ou sur le notre) et tout manquement peut être signalé par n’importe quel citoyen à la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (http://www.dgccrf.bercy.gouv.fr/) ou à ses représentations locales.

Mais alors qui croire, à qui faire confiance et comment être certain de ce que l’on vous raconte ? Car par les temps qui courent, l’éthique est devenue un produit de consommation comme les autres. Je vous sers une louche d’éthique, avec une cuillerée d’équité et un zeste de durable, vous m’en direz des nouvelles ! Et en ces périodes électorales c’est à qui sera le plus solidaire et le plus durable.

Il y a clairement deux approches. Celle des labels, de jolies petites étiquettes de couleur qui vous disent que ceci est bon pour votre santé, cela pour la planète, etc. Tant qu’il s’agit de certifications techniques et exclusivement techniques comme des normes industrielles, pourquoi pas. Mais dès que l’on touche aux pratiques sociales, le Sud, lui, a une préférence pour les Systèmes de Garantie Participative, allez donc savoir pourquoi. A croire qu’ils n’ont pas confiance dans tous ces industriels de la certification à tout va, à croire qu’ils ont une autre vision du monde dans lequel ils n’auraient pas à se serrer la ceinture pour cultiver de quoi fabriquer des « bio-carburants » destinés à faire rouler nos belles voitures écologiques. En France, c’est Nature & Progrès qui a été le précurseur de ce type de garantie. Minga expérimente actuellement le sien (le SGAP). Alliance PEC et Rhône-Alpes mettent actuellement le leur en place. Et d’autres suivront, soyez-en sûr. Le mouvement est en marche, lentement mais surement. Contrairement à un label, un SGP n’a pas la prétention de définir une fois pour toutes une frontière claire et nette au-delà de laquelle tout va bien afin que vous puissiez acheter sans réfléchir. L’idée commune à tous ces systèmes est celle d’une démarche d’amélioration des pratiques, de transparence et d’éducation du consommateur. Si la démarche vous intéresse, vous pouvez fort bien demander à Minga de participer à une commission d’évaluation dans votre région. La filière « Chamba » d’Avenue-Colombie sera examinée le 4 avril, d’autres suivront.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :